F. Morrachini et Café Babel : "l'Europe au bord du gouffre ? [débat, conférence, Géopolitique]

Publié le par Pauline Prodhome

Mardi 1° février à 19h, un débat enflammé sur le thème de « L’Europe au bord du gouffre ? » s’est tenu à la MIE (Maison des Initiatives Etudiantes) à l’occasion du 4° anniversaire de l’association Café Babel. Durant cette joute verbale, Mr Fabrice Moracchini a défendu ses thèses sur l’Europe face à une salle largement pro-européenne. Le débat qui, à base devait durer une heure, s’est en fait prolongé jusqu’à 21h30. Je vais essayer de vous faire un petit résumé des différents arguments et de l’ambiance générale de la soirée.

 

La première partie du débat a permis à Mr Moracchini d’exposer ses thèses à l’assemblée, guidé par les questions d’Alexandre Heully, responsable de la communication à Café Babel. Bien que la vision de Mr Moracchini sur l’Europe soit largement connue des élèves de l’ILERI, je vais vous l’exposer dans ses grandes lignes. Pour lui, en effet, l’Europe géopolitique et supranationale est morte au Traité de Rome, après l’échec majeur du projet de CED et l’effacement français en tant que moteur de l’Europe. L’Europe politique n’a donc pas survécu à Jean Monnet et a subi une deuxième rupture lors du traité de Maastricht où l’Europe strictement économique et fonctionnaliste s’est placée sous le contrôle allemand. Aujourd’hui, avec l’échec de l’Euro, prévu du fait de la crise économique allemande et de l’échec de la réunification, autant que la non-ratification probable du projet de « constitution » et même la dangereuse tentative d’intégration de la Turquie, l’Europe apolitique et fonctionnaliste se trouve au bord du gouffre. Vidée de son sens et privée de toute pertinence géopolitique, l’Europe est donc sur le point d’imploser et de disparaître totalement.

 

La salle, effarée devant ce discours, n’a pas tenu longtemps à la tentation d’interrompre Mr Moracchini pour exprimer son désaccord. Ainsi, après avoir posé quelques questions pour tester les connaissances historiques du géopoliticien, les protestations ont fusées. Les aspects juridiques, monétaires et culturels ont été principalement soulevés pour montrer que l’Union Européenne était bien présente. Au niveau juridique d’abord, le traité constitutionnel, les compétences exclusives de l’Union Européenne et la suprématie des lois communautaires sur les lois nationales ont été traitées. Au niveau monétaire ensuite, la question de l’Euro comme monnaie concurrentielle au Dollar et future monnaie de réserve avec une volonté de retour au système de Bretton Woods a été évoquée. Le plan culturel enfin a constitué le cœur de l’argumentation avec les discours mémorables d’Adriano Farano, Délégué général de Café Babel, sur Easy Jet, Erasmus, Les voyages à Berlin pour le week-end et les diverses actions concrètes de l’Union pour dépasser les visions nationales.

 

En conclusion, le débat aurait pu continuer toute la nuit sans aboutir à un consensus si Alexandre n’y avait pas mis fin. En effet, les différents arguments et contre-arguments se sont enchaînés en parallèle, sans jamais se croiser, tant les deux camps ne parlaient pas de la même Europe. Mr Moracchini, certes incollable dans sa vision géopolitique, n’en sortait pas tandis que les autres parlaient d’une réalité concrète et culturelle de l’Europe. Ces différentes visions ont parfois amené la discussion à critiquer la définition de la souveraineté ainsi que la pertinence de la géopolitique à notre époque. Le débat fût donc enrichissant bien qu’il ne permit pas de définir une vision claire de l’Europe et de son devenir. Enfin, comme l’a dit Alexandre lors de son discours de fermeture du débat, c’est peut-être en discutant de l’Europe que l’on parviendra à la faire exister, en partant des citoyens.




~~ Voir plus loin ~~
sur Stratogeo :
F. Morrachini et la Route vers l'Est : L'Est au coeur du XXI° siècle

Liens Externes :
Café Babel

  Retour à Rencontres

Pour donner votre avis sur cet article, utilisez la fonction "Ajouter un commentaire"

Publié dans www.stratogeo.com

Commenter cet article